Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue À Vous !

  • : Mon petit bout de toile
  • Mon petit bout de toile
  • : Mes coups de coeurs, quelques coups de gueule et des petits morceaux de ma vie à partager avec les autres...
  • Contact

Chat alors !

 



Ca, c'était mon gros didou (eddie de son vrai nom)

CLIPO_640x426.jpg

Et voici Clipo, celui qui m'accompagne aujourd'hui !

Recherche

Souvenirs de vacances...

Vous êtes le :
ème visiteur

MADEIRE_640x480.jpg
fleurs-de-ficus_640x426.jpg
LAMENTIN_640x480.jpg
ORANG-OUTANG_640x480.jpg
TUNISIE2_640x480.jpg

 




Articles Des Mois Précédents

5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 18:35

Mes 1ers essais de cultures potagères ont eu lieu en pot sur le balcon de mon appartement (avant que nous n'achetions notre p'tite maison).
Il me reste quelques souvenirs et des tuyaux que je partage avec vous si vous souhaitez tenter l'aventure.

Quelques éléments de réussite :

Votre terre doit être riche, ne choisissez donc pas un terreau bas de gamme.
Investissez également dans un engrais bio afin de couvrir les besoins que vos légumes ne trouveront pas dans leur petite réserve de terre.
Vous devrez également prévoir un arrosage très régulier donc attention à ce que vos congés d'été ne sonnent pas le glas de votre potager de poche !
Un arrosage automatique ? Pourquoi pas si vous avez la place et les moyens (on trouve même des kits d'irrigation qui peuvent fonctionner sans pression, ils sont simplement raccordés à un grand récipient d'eau). Sinon il vous reste la débrouille  (bouteilles coupées avec le goulot enfoncé dans la terre, petit pots de terre enterrés dans le contenant ) et le paillage du commerce (à moins qu'un jardinier de votre entourage ne vous cède quelques sacs tonte de gazon préalablement séchées au soleil.

Pour le choix des légumes, 2 critères pour le choix : un encombrement minimum et une croissance rapide.

La culture directe en sac de terreau est même tendance et l'on trouve même des sacs aux imprimés décoratifs !
Il vous suffit de poser le sac à même le sol, de découper le dessus du sac et de planter vos tomates ou vos salades. (vous pouvez également acheter un sac de terreau de bonne qualité au packaging classique et réaliser un coffrage décoratif avec des planches de bois).

Votre surface est réduite, vous ne devez donc pas lésiner sur la qualité de votre matériel et du terreau employé, cela a un coût mais vous serez tellement fièrs de présenter à vos amis votre propre production de tomates cerises à l'heure de l'apéro !

Quelques détails concernant la profondeur des contenants :

En jardinière suspendue pour tirer parti de tous les espaces de votre balcon :

Pour des radis ou des salades (laitues à couper, mâche) : 15 cm de profondeur sont nécessaires. Semez les graines à 3 cm de distance les unes des autres dans un terreau spécial géraniums.

Pour vos aromatiques : 3 plants dans une jardinière de 40 cm de long ou un beau plant dans un pot de 30 cm.
Moi je les avais installés sur un porte plante pour gagner de la place.



Dans des pots plus grands posés au sol :

Pour des carottes : choisissez des variétés courtes ou mi-longues et des jardinières profondes.

Pour des tomates, des poivrons ou des aubergines : il faut procurer à leurs racines 40 à 50 cm de profondeur.


A palisser (sur la rambarde du balcon) :

courgettes (rondes de Nice), concombres (vous pouvez également confectionner un tipi de bambous) et autres melons pourront s'épanouir dans des bacs d'au moins 40 à 50 cm de profondeur : bref, variez les plaisirs des cucurbitacées !

Vous pouvez également tenter dans un contenant de même taille de faire pousser un pied d'artichaut, celui-ci étant vivace, il vous faudra quand même prendre le soin de le protéger pendant l'hiver pour éviter qu'il ne gèle.

Et côté fruits ?

Les fraisiers se prêtent bien à la culture en pots, on trouve même des contenants qui leurs sont spécialement dédiés avec plusieurs orifices pour accueillir plusieurs pieds. Attention, cette petite plante est très gourmande, des apports réguliers en engrais bio lui seront d'un grand secours et ne laisser pas la plante s'épuiser dans la production de stolons (plus d'info sur la culture des fraisiers ICI). En pot; ils apprécient le terreau spécial rosier.

Un framboisier se plaira dans un contenant de 40 cm de diamètre et autant de profondeur : portez votre choix sur un remontant. Les soins et la taille sont les même que pour un framboisier de pleine terre.

Il existe des arbres fruitiers dis "nains" mais je ne les ai pas testé, je ne saurais donc pas vous dire s'ils sont où non très productifs. Ils peuvent atteindre 1,5 m de haut et sont donc à réserver aux balcons de belle taille ou aux terrasses. A priori ils sont auto-fertiles mais cela reste à vérifier sur l'étiquette lors de l'achat et mieux vaut se tourner vers un pépiniériste plutôt qu'une jardinerie pour plus de choix.

Sachez également qu'un arbre fruitier classique tel que pommier colonaire ou poirier en palette (en U) peuvent vivre 3 ans dans un pots de 30 cm mais prévoyez quand même un bac plus grand dans un mélange de terreau et de l'amendement organique. Bon après, il vous faudra peut être jouer les polinisateurs à moins d'avoir plusieurs spécimen sur votre balcon.
Il parait que la vigne peut aussi se plaire dans un grand pot : la rambarde pourra lui servir de treille !



Comme mon jardin est tout petit et qu'on ne sait pas si on restera à vie dans notre ch'tite maison (j'aimerai bien emmener mes fruitiers !), je tenterai bien d'élever un abricotier en pot moi, ou un pêcher.... en attendant j'ai un figuier en pot depuis l'été dernier et j'en suis à ma 2ème récolte (une petite dizaines de fruits par an), mais pour bien avouer je n'est pas été régulière dans son arrosage et du coup il est un peu déplumé au niveau des feuilles, plus de soins ne lui feront pas de mal (prochain investissement au jardin : un arrosage automatique pour économiser l'eau ET mon temps).

Mon olivier m'a gratifié d'une seule olive l'an dernier (je l'ai de puis 5 ans) : il faut que j'apprenne à le tailler et que je nourrisse la terre mais en attendant, l'arbre en lui-même se plait dans son pot (il a un nouveau pot plus grand depuis l'an dernier).

technique un peu plus avancée : le potager en carrés

Si vous êtes un peu bricoleur, je vous conseillerai plutôt cette technique qui s'adapte parfaitement aux petits jardins (d'ailleurs je passe moi-même à cette version du potager, la version classique ne donnant pas de grands résultats chez moi...) et aux balcons (si la taille de votre balcon le permet).
Elle optimise l'espace et la rotation des cultures, demande peu de temps d'entretien mais de la régularité et de la minutie.

Fabrication du carré :
La taille idéale est d'un carré de 1,20  de côté sur 30 cm de haut (surtout dans le cas d'un balcon puisque l'on exclu la pleine terre), divisé en 16 carrés de 30 cm de côté. Adaptez- vous à vos dimensions (carré de 90 cm composé de 9 cases, ça marche aussi !) si votre balcon ne vous permet pas de vous placer sur au moins 3 côtés de votre carré : vous devez pouvoir atteindre à la longueur de votre bras chaque recoins de votre mini-potager.

Créez un cadre avec 4 planches (type bois de coffrage) de 30 cm de large et de 120 cm de long et d'au moins 18 mm d'épaisseur que vous maintiendrez avec des cornières d'angles (2 par angles) vissées à l'aide de vis à bois.
Evitez les bois traités qui pourraient diffuser des produits "toxiques" dans la terre de votre carré, et donc dans vos légumes.

Tapissez le fond et les côtés du carré à l'aide d'une bache, type bâche pour bassin et maintenez-là avec des petites pointes ou utilisez une agrapheuse de tapisserie.
Installez une couche drainante (billes d'argile, gravier, ...) sur 5 cm puis le terreau et un peu de compost si vous pouvez vous en procurer.

Pour ma part, je vais oeuvrer (c'est pour mon potager, pas pour un balcon) avec des lames pour faire les terrasses de 12 cm de large.
Pour avoir assez de hauteur, je vais fabriquer 2 cadres par carrés et les superposer l'un au-dessus de l'autre en les maintenant à l'aide de 2 tasseaux de 24 cm fixés perpendiculairements aux planches et à 15 cm des coins.

Pour aller plus loin, 2 ouvrages : "l'art du potager en carré" d'Eric Prédine et Jean-Paul Collaert et, plus récent puisque sorti en 2009 "Le potager en carré : la méthode et ses secrets" par Anne-Marie Nogeleisen.
Moi j'ai opté pour le 1er qui a reçu le prix St fiacre 1999 et qui coutait moins cher, hihi.

Le 2nd est également très bien fait et j'adore son esthétisme ! Vous trouverez dans ces ouvrages différentes techniques de fabrication et de présentation mais aussi de quoi procéder à une rotation des cultures pour optimiser votre production tout au long de l'année. Des fiches conseils vous présentent les légumes les mieux adapatés à la technique et le nombre de plants par cases (ex : 19 radis, 5 salades, 1 pieds de tomates ou 9 échalotes.

A essayer aussi au balcon, la tour de pomme de terre :

Je reprends également le principe déjà décrit sur mon blog, mais pas encore testé faute de temps (voir
ICI) présentée à la sauce "expresse" : vous utiliserez comme contenant directement un sac de terreau.
Il vous faudra vider une partie du terreau et le réserver pour plus tard. Installez 3 germes de pommes de terre puis ajouter le terreau au fur et à mesure que le feuillage des pommes de terre va se former. Un sac de toile autour de votre sac de terreau apportera l'effet "déco" très souvent important quand on cultive sur le balcon. Il est possible de récolter ainsi jusqu'à 10 kg.

Pour finir, quelques espèces qui se plaisent particulièrement au balcon :
La tomate cerise qui ne demande pas de taille et peut même se passer de tuteur si vous l'installez dans une suspension vous offrira une généreuse production si vous la soignez régulièrement.
Les radis de 18 jours et les salades à couper sont également à essayer.
Côté carottes, j'ai découvert dans un magasine la carotte nantaise "flyawauy" : elle est plus ronde que longue et n'a donc pas besoin de la profondeur de terre que réclame les espèces classiques que vous réserverez au potager en pleine terre. Profitez également de la longue liste des aromatiques, qu'elles soient vivaces ou annuelles elles parfumeront votre balcon et vos plats.

Repost 0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 07:37

A mon retour de vacances, il n'y avait pas que des mauvaises surprises.
Les 2 tiers de ma bordure gourmande ont pas mal grandi, le 1er tiers n'a rien donné...terre trop pauvre sûrement et arrosage irrégulier.
Quelques pois de senteur ont même refleuris. les gousses des 1er étant sèches, je vais tenter la récolte de graines.

Je ne vais pas revenir sur mon plan de bataille pour l'an prochain que je vais appliquer à mon potager ET à ma bordure (enrichissement de la terre et installation d'un système d'arrosage automatique, apport d'engrais régulier et grillage anti-chat pour recouvrir mes semis : il a tout déterré mes tournesols et mes pavots de Californie le vilain !).
J'ai aussi quelques modifications en tête comme installer du grillage le long du mur pour les pois de senteur (ou des grimpantes vivaces et à feuillage persistant, à voir) et installer les pieds de tomates directement aux pieds des bambous. Je ferais bien une petite bordure de rose d'inde pour délimiter le tout.

Je précise juste que j'ai investi dans un paquet de seigle à semer comme engrais vert pour nourrir ma terre.
Je ferai un post à ce sujet quand le temps sera venu !

Quelques tomates (les cerises sont plus hautes que moi) :

Un beau pied de patisson que j'ai palissé à mon retour (il squattait mon carré de pelouse le coquin !)


...avec des bébés patissons (va falloir que je trouve une recette pour un prochain article !) :


Un pied de melon "sucrin de Tours", un petit fruit aura-t-il le temps de se former et mûrir ?

et des trémières qui se décident enfin à fleurir

Et ma 1ère aubergine de l'année (les pieds sont installés dans des grands bacs en bois)


On ne le voit pas sur les photos mais j'ai aussi un pied d'artichat (en plus de celui que j'ai au potager) qui  n'a pas donné de fleur mais qui a déjà bien grandi. Je vais bien le pailler cet hiver et le protéger, peut-être que l'an prochain je pourrais croquer quelques feuilles !

Et pour finir, il y a ça qui s'est invité tout seul mais je trouve que les feuilles sont jolies et les petits "fruits" deviennent rouges, donc même si c'est une "mauvaise herbe" je le laisse en place.
Quelqu'un pourrait-il me dire ce que c'est ?



Repost 0
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 10:37
Mi février, j'ai commencé l'installation de mon treillage en bambous :


Du coup, pendant l'installation, je me suis dit que j'allais investir 9€ de plus et acheter 9 bambous de 1m80 et en les installer par 3 à la verticale entre chaque piquet pour former des carrés :

Les bouteilles qui trainent servent de protection la nuit à mes bébés pois de senteur, pour pas qu'ils se fassent grignoter comme mon pied d'artichaut...

J'espère que les pois de senteurs vont coloniser tout ça cet été !

Les semis de tomates sont faits et des petites plantules se developpent bien au chaud à la maison.
Les graviers ont été ratissés, j'ai ajouté du terreau à la terre assez pauvre et pleine de graviers et j'ai acheté un petit paquet d'engrais bio (mon compost n'est pas assez mûr).
La vigne a été taillée courte mi-mars pour commencer sa formation (elle devrai repousser d'environ 60 cm cette année d'après "l'abc de la taille", une vieille édition mais avec de bons schémas explicatifs).

Le planning des semis :

en mars :
les roses trémières (qui seront installées au pied des piquets) et les poids de senteur (les 1er plants ont été installés au jardin début avril).

en avril :

les tournesols, les melons et les patissons (2 pieds de chaque) en godets ainsi que les pavots de californie.

Les plantations :

Dès avril :

Installation des 1er pois de senteur.
Je voulais aussi installer les roses trémières mais j'ai loupé mes semis et je n'ai que 2 minuscules plantules.
Je les ai repiquées et fais de nouveau semis. J'espère que début mai ça sera bon...



En mai et juin (selon le temps et le développement de mes plantules):
j'installerai en pleine terre les pieds de tomates (cerises, orange queen et coeur de boeuf) et leurs tuteurs et aussi les pavots de californie, les melons et les patissons

Dernière minute : j'ai installé en bout de bordure un pied d'artichaut (les tournesols seront mis derrière pour masquer un panneau de bois blanc pas beau (mais qui empêche ma puce d'aller derrière le cabanon donc utile).

Rendez-vous en mai pour de nouvelles photos !

Repost 0
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 20:02

Quand on n'a pas beaucoup de place et/ou de temps, on peut aussi ajouter à son potager quelques légumes dits "perpétuels", ce sont en fait des plantes vivaces qui produisent plusieurs années de suite.

Les plus connues sont les aromatiques qui peuvent être intégrées aux massifs car décoratives mais ne vous nourrissent pas à proprement parlé mais surtout les artichauts, les asperges ou la rhubarbe.

L'avantage aussi, c'est qu'ils sont parfois décoratifs et laissent de taches de verdures dans un potager devenu quelque peu désertique l'automne venu.

Quelques exemples :

- Artichaut (pensez à le protéger du gel en coupant les tigen, en attachant les feuilles ensembles et en paillant le pied) on le déplace tous les 3 ans en utilisant un ou plusieurs des drageons (attention un pied d'artichaut peut occuper plus d'1 m² au sol) qui poussent à la périphérie d'un pied mère en début de printemps.
- Rhubarbe : 1 pied au m² et si vous voulez vous lancer dans le semis, c'est possible sous abris au printemps. Coupez les côtes basses au printemps puis en juillet en laissant 1/3 des tiges pour permettre à la plante de se renouveller. Elle disparait en hiver et revient au printemps.
- Chou perpétuel (ex: daubenton, mais il y en a d'autres espèces) qui produit des rejets à consommer pendant 5 à 7 ans.
- Cresson de jardin vivace 
- Oignon rocambole qui forme dès le mois de juin des petits oignons aériens (après la floraison) et qui ont un petit goût d'échalotte (vous pouvez également utiliser ces petits oignons pour mulltiplier vos oignons). Les tiges peuvent aussi être utilisées pour remplacer la ciboule ou le poireau (miam, une tarte aux poireaux !).
- Oseille-épinard.
- Poireau perpétuel qui peut subir plusieurs coupes dans l'année : on le plante entre octobre et mars (sous tunnel éventuellement) à 30 cm de distance et on arrose régulièrement. On les cueille en les coupant à é cm du sol et en laissant l’oignon en terre. Vous pourrez le multiplier par division. Attention il disparait en été (c'est sa période de repos végétatif) reviendra par la suite alors ne vous étonnez pas !
- Roquette vivace, vous coupez les feuilles et elles repoussent ! 
- Le céleri perpétuel (livèche).
- Bette à tondre.

Voilà tout ce que j'ai pu trouver sur ces légumes perpetuels.
Je me laisserai bien tenter par la rhubarbe (dans mon souvenir j'aimais pas trop la confiture à la rhubarbe mais elle a un côté décoratif, puis je pourrais tenter une tarde à la rhubarbe).
Quelques poireaux et des oignons, mais encore faudra t-il les trouver.

Pour l'artichaut, j'en ai déjà un pied mais j'ai peur qu'il n'ai pas résisté au gel de cette année...

Repost 0
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 17:04
Cette année encore, je travaille à la "mise en forme de mon jardin".
Quand je suis à la porte arrière de ma maison, j'ai sur ma gauche le mur de clôture en béton, tout nu, tout gris. Pas terrible, surtout si on ajoute une pelouse qui n'a pas trop la forme (semée l'an dernier mais sur une terre pleine de cailloux et pauvre) et les graviers qui s'entassent çà et là le long de la bordure.


Sur celui de droite, j'ai installé en 2007 passé 2 treillages dont l'un commence à bien être envahi par le jasmin étoilé que j'avais déjà sur mon balcon et l'autre qui se laisse petit à petit conquérir par une clématite installée au printemps 2007.


Sur le restant du mur, du lierre pousse tranquillement, je le taille juste pour l'empêcher d'aller chez le voisin et puis le long du mur, j'ai installé des rosiers qui se trouvaient avant au milieu du jardin et différents pieds de sauges arbustives, un faux poivrier, 2 hydrangéna (je crois qu'il y en a un qui est mort....zut), un gaura....j'espère que cette année toutes ces plantations vont prendre de l'ampleur pour habiller cette bordure qui n'était pas très belle au départ et dont la seule pièce interressante se trouvait être un groseiller rouge.

Pour en revenir à la bordure de gauche, mon souhait est de l'habiller et pourquoi pas de joindre l'utile à l'agréable.
Je vais opérer sur 70 cm de profondeur environ.

Mon idée : palisser une vigne qui masquera assez efficacement le 1er panneau du mur de ses feuilles d'ici 3 ans (sauf hiver) et des grimpantes pour les autres panneaux en arrière plan (annuelles pour commencer même si le mur sera de nouveau nu cet hiver).
Il me reste des graines de suzannes aux yeux noir et des pois de senteur (offerts avec un magazin de jardinage) qui poussent rapidement.
Devant les grimpantes, je vais installer des pieds de tomates sur 6 m de long, soit 10 à 15 pieds (en serrant un peu).
Au niveau de chaque piquet, je vais installer des roses trémières (graines offertes dans un magazine de jardinage l'an dernier).
Enfin pour égayer sous la vigne et délimiter la bordure, je vais semer en alternance des pavots de californie (resté dans leur paquet l'an dernier) et du basilic (encore des graines offertes) et planter des oeillets d'inde : en plus ça assure la protection des tomates.

Mon investissement : un pied de vigne planté cet automne (env. 12€ pour du chasselas, le préféré de mon zhom), 5 piquets en bois de 2 m (env. 25 €) que je vais planter au niveau de chaque poteau de béton et du fil de jardin (je ne sais plus le prix mais genre 4€) pour faire un treillage permettant aux grimpantes de s'installer.
Pour plus d'esthétisme, j'aimerai fixer des branches à l'horizontale pour faire l'armature principale du treillage.
J'ai repéré des bambous de 2m10 (il y a 2m entre chaque poteau) à 1,30€ pièce, que je vais peut être m'offrir à raison de 3 par panneau (soit 12 bambous et 15,60€).
Le paquet de graines de pavots m'a coûté environ 3,5€, je pense devoir investir environ 10€ entre les graines de tomates et plants de tomates cerise (quoi que je ferais bien la quète auprès de papa, hihi) et d'oeillets.
Bon au global et avec quelques variantes sur les prix, ça me fait ma bordure à 70€.
Sachant que j'ai acheté la vigne, le fil de fer de jardin et les pavots l'an dernier.

Un petit croquis vite fait :


C'est pas du grand art mais ça me donne une idée du résultat.

Mon planning du mois:

     - Retirer les graviers et incorporer un peu de terreau et d'amendement bio à ma terre
     - Tailler la vigne
     - planter les piquets et installer mon treillage.
     - faire les semis de tomates sous abris.
     
Repost 0
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 07:12
Et bien il est temps de s'y mettre, il faut commencer les semis, certains même commencent dès janvier !
En intérieur pour l'instant, c'est préférable.
De mon côté pour cette semaine : des tomates (une variété ancienne donnée par papa) et des laitue à couper.
Pour ces dernières, je vais les installer dans des boites à oeufs avec par dessus la moitié d'une boîte en plastique dans lesquelles on trouve les viennoiseries au supermarché.

Pour le reste de l'agenda, voici un tableau récapitulatif (cliquez sur l'image pour ouvrir un format pdf) :


Un p'tit conseil déniché sur la toile pour la route ? Adaptez les dates de vos semis au climat de votre région :

Par rapport à la date indiquée pour vos semis :

En climat méditerranéen :
Vous pouvez semer et planter une semaine plus tôt que la date indiquée 
En climat montagnard :
reportez de 2 semaines vos semis et plantations

En climat océanique :
Vous pouvez commencer vos semis et plantations 2 semaines avant la date indiquée
En climat semi-océanique :
Les semis et plantations peuvent se faire une semaine à l'avance

En climat continental :
Il contitue le climat de référence qui est utilisé pour les dates de semis et plantations



Repost 0
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 19:15

Pour gagner de la place dans votre jardin et ne pas vous priver des certains légumes, voici différentes astuces.

1) Le palissage de certaines espèces :

Les légumes :

Classiquement on peut palisser des pois et des haricots, ainsi que des tomates.
Mais au top des légumes à palisser on trouve aussi les cucurbitacés, ce qui  nous laisse de nombreuses possibilités !

Les concombres, pour avoir testé, ça marche ! Ci-dessus une t'ite photo de ceux que j'avais semés l'an dernier (semis sous abris et repiqués en pleine terre par la suite) quelque temps après leur installation (3 pieds plantés à la base d'un treillage de bambou fixé sur 2 piquets).
En plus ils ont caché le vilain mur derrière eux pendant l'été. Ils grimpent tous seuls au treillage mais mieux vaut attacher quelques tiges là où se forment les futurs concombre.
Je tenterai bien des patissons, ils ont parait-il un goût qui rappelle l'artichaut et j'adore les artichauts.
Je vais aussi essayer un ou deux pieds de sucrins de Tours (ils vendent des graines dans la jardinerie d'à côté).
Les petites courges (Jack Be Little) et les courgettes (rondes de Nice, miam !) se palissent très bien aussi.
Vous pouvez même oser le potimarron !

Côté fruits ?

J'ai installé 2 pieds de fraisiers " mount everest" qui sont des fraisiers grimpants : en fait on palisse au fur et à mesure les stolons. Je les ai installés dans 2 grandes jardinières (elles pourront accueillir chacune 3 pieds à terme) avec un treillage le long de mon cabanon en taule. Comme ça il sera en plus joliment habillé.
Pas de photo pour le moment, avec le gel, les fraisiers font un peu la tête.

Association rigolotte : faites grimper des pieds de haricots à rame sur des pieds de maïs doux.
On sème le maïs en avril puis lorsque les pieds font 50 cm de hauteur, on sème entre chaque pied des haricots que l'on conduira sur le maïs au fur et à mesure de leur croissance.
Quant aux épis de maïs doux, ils feront le bonheur des enfants (et des grands) grillés au barvecue.

2) On fait des légumes à croissance rapide et on échelonne les semis :

Des radis de 18 jours (seulement si on a le temps de s'occuper régulièrement de son jardin, sinon gare aux radis creux et qui piquent !) ou des laitues à couper.

Pour les radis, semez tous les 15 jours en alternance sur 2 rangs de 2 m de long : vous pouvez espérer
jusqu'à 1 kg par rang tous les 15 jours, de février à octobre (sous tunnel pour le début et la fin de la période de récolte).

Pour les laitues à couper, vous pouvez commencer les semis dès février (sous tunnel s'il fait trop froid) en rang espacés de 15 cm : semez à une semaine d'intervalles4 rang d'un mètre de long.
Au bout de 2 mois, vous pourrez couper vos 1ères feuilles sur le rang n°1. Vous passerez ensuite au rang suivant, puis reviendrez au bout d'un mois au rang n°1 et ainsi de suite jusqu'à la montée en graine ou aux 1ères gelées.


3) Ou on prolonge la saison de la récolte :

Pour devancer les récoltes :
Investissez dans des espèces dites "hâtives", on retrouve parfois cette mention sur les sachets de
graines.
Ainsi de janvier à mars vous pouvez essayer (sous chassis ou tunnel, je vais tenter le tunnel pour cette année) quelques légumes tels que carottes, radis, laitues, navets et quelques choux.

J'ai également repéré dans un magazine une tomate précoce : la tomate des andes ou encore appelée "andine cornue",en forme de piment que l'on peut récolter dès le mois de juin. En intercalent avec des pieds de coeur de boeuf, j'espère ainsi avoir des tomates de juin à octobre.

Pour les prolonger :
Réutiliser en hiver votre tunnel de forcage qui vous a été bien utile en début de printemps et semez-y encore des radis et des laitues. Avec un hiver clément vous pouvez même espérer récolter tout l'hiver.
Semez des légumes d'arrière saison : oignon blanc, poireaux, radis de tous les mois, radis d'hiver, laitue
d'hiver, mâche.

4) On peut aussi installer des nains :

Non, pas des nains de jardin, des arbres fruitiers nains.
Aujourd'hui on trouve aussi bien des pommiers que des poiriers, des abricotiers ou des pêchers, ....
Dans 10 ans ils culmineront à 1,50m de hauteur et sont pourtant très productif.
Ils se plaisent en pot (au moins 40 cm de profondeur et de diamètre) ce qui vous permet de déménager avec votre verger ! Vous n'aurez pas besoin de les rempoter avant 5 ans.
En pleine terre, installez-lez dans vos massifs ou vos bordures d'ornement car leur floraison printannières est du plus bel effet.
Je vois déjà sur le bout de mon allée en béton deux jolis pots avec un poirier et un abricotier moi !

Repost 0
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 07:14

Quand on n'a pas trop de surface à consacrer à son potager et que l'on veut beaucoup de légumes, on peut déjà se tourner vers les légumes qui produisent le plus tout en occupant le moins de place possible.

Au top des ces légumes productifs on trouve :

- la tomate (entre 2 et 4 kg par pieds), de nombreuses variétés à découvrir ICI. Pour moi ça sera entre autres 2 pieds de sweet 100, des coeur de boeuf en alternance avec des andines cornues (l'avantage de ces dernières c'est qu'à priori on peut récolter dès le mois de juin).

- la laitue en feuille à couper type feuille de chêne : vous coupez les feuilles et elles repoussent vous donnant ainsi plusieurs récolte dans l'année (3 récoltes et parfois plus par pieds) Associées à des semis échelonné ça donne une bonne production sur un petit espace. Pour les salades classiques, faites avec des semis espacés de 15 jours vous permettant de repiquer au fur et à mesure et d'obtenir une récolte étalée possible de janvier à octobre (sous chassis en début et fin de saison).

- les courges d'été (la plus est sans conteste la courgette mais prenez soin de choisir une variété "non coureuse" pour limiter la surface au sol à 1m²) dont un seul pied peut suffire à couvrir vos besoins pour la saison (avec un pied de rondes de Nice j'ai quand même fait 6 petits bocaux, 3 sachets de cubes à congeler et 2 boites de mousseline, au congel aussi). Vous pouvez parfois obtenir jusqu' à 10kg de courgettes si vous laisser les fruits grossir.

- le pois mange-tout.

- les navets (à condition de les aimer peuvent vous donner 2 à 3 kg de légumes au m², à essayer crus en salade !).

- les haricots verts sont également très productifs pour un rendement de 5 à 8 kg par m². (tentez des variétés naines si la place vous manque et semez tous les 25 cm et espacez les rang de 50 cm

- les radis : comtez 450 radis environ dans un m² ou l'équivalent de 3 bottes de radis sur 2m linéaires (d'après Rustica), sachant que toutes les 3 semaines vous pouvez semez (de février à septembre). Donc si vous alternez sur 4 rangs espacés de 20 cm, cela devrait vous assurer de bonnes productions pour 4 personnes.
Repost 0
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 22:01


Dans mon précédent article de la série "mon premier potager", j'ai évoqué le problème du manque de place dans mon jardin qui n'est pas très grand.
L'idée est venue donc de chercher, voire de tester des idées pour gagner de la place et de les partager avec vous.
Et puis là, jolie Esther me laisse un commentaire dans lequel elle me parle de cultiver des pommes de terre dans des pneus et me sert ainsi sur un plateau mon nouvel article !

Ma curiosité piquée au vif, je fouille sur la toile et je découvre une méthode vraiement géniale :

Le principe :

Qu'on utilise des pneus (ce qui permet, quelquepart, de les recycler) ou tout autre contenant type jarre de grande taille, le procédé vise à installer un tubercule de pomme de terre et de le butter (recouvrir de terre) au fur et à mesure de la croissance des germes pour que se développe un très grand nombre de pommes de terre.
On "tire" le germe vers la lumière, on les conduit en hauteur. certains sites parlent d'un rendement de 60 à 100 kg de pommes de terre mais cela semble un peu démesuré. Si déjà j'obtients 10 kg je serai hyper contente.

A titre de comparaison, lors de la culture en pleine terre, on butte une fois les pommes de terre, ici on répète l'opération plusieurs fois, ce qui multiplie d'autant la production pour une surface au sol limitée.

Il est important de bien installer votre contenant à la lumière et de garder la terre légèrement humide tout au long de la culture (elle ne doit pas se déssecher).

Si vous utilisez une jarre, au fur et à mesure que les germent montent, on ajoute simplement de la terre ou du terreau petit à petit.

Si vous utilisez des pneus, vous ajouter un pneu à la pile, emplissez de terre petit à petit et quand le germe dépasse du pneu, on aojoute un autre pneu.

Si vous utilisez un grillage avec un sac plastique (noir) autour, vous enroulez le plastique autour du grillage avant chaque ajout de terre en montant petit à petit pour recouvrir les germes (attention, vous devez toujours laisser une petite partie du germe dépasser de terre.

Vous pouvez aussi utilisez un sac poubelle de 100 litres maintenu dans un cylindre de grillage d'environ 15 cm moins haut que le sac pour pouvoir rabattre sur l'extérieur du cylindre le sac quand vous serez arrivés an haut de votre tour.
Je pense utiliser cette technique étant donné qu'il me reste un rouleau de grillage non utilisé.



Le procédé :

Remplissez votre sac avec 15 cm de terreau, installez vos tubercules (germes vers le haut) espacés de 40 cm en tout sens et recouvrez de 10 cm de terreau et arrosez.
La levée se fait en 5 jours environ, on procède donc au 1er buttage en déroulant un peu le sac poubelle et en ajoutant 10 cm de terreau.
Puis on laisse pousser les tubercules d'encore 15 cm, on déroule encore notre sac poubelle et on remet 10 cm de terreau.
Certains sites préconisent de laisser des feuilles se former et d'arrêter la couche de terreau juste en dessous des feuilles.
En tout état de cause, laissez le germe forcir avant de le recouvrir pour éviter qu'il ne s'étiole.

Et ainsi de suite...on arrive en haut de la tour, alors on laisse fleurir les germes et on laisse le cycle se terminer normalement.

Vous pouvez récolter quand la plante est défleurie et que les tiges sont sèches.

Côté variété, je pense choisir des Charlottes ou des Désirées qui sont très productives et offrent une bonne résistance au mildiou.

Merci Esther !

Repost 0
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 18:05
Bien pour mettre en pratique les indications du calendrier lunaire, il faut un jardin.
D'accord mais quelle surface pour débuter ?
D'après les lectures et pour débuter, il faut environ 50m² de surface  puis 100m² lorsqu'on est habitué au jardinage pour nourrir entre 3 et 4 personnes mais si on fait selon le principe en vogue "5 fruits et légumes frais par jour" et pendant toute l'année sans aller faire son marché, on passe à 300 m².

Alors déjà, les 50m², moi je ne les ai pas personnellement (j'ai commencé avec une surface de 10 m² en comptant large et en plus les productions sont moyennes), sauf si je transforme mon terrain entier en potager autour de la maison...là j'aurai environ 200 m² en gardant l'allée pour ma voiture.
Si je passe au vélà et que je loue un marteau piqueur pour dégommer l'allée, c'est bon !

Avec tout ça je ne sais toujours pas quelle surface prendre

Il me faut donc d'autres éléments pour déterminer ma surface nécessaire : notre consommation en légumes !
Pour mon chéri les légumes sont des pommes de terre, du riz et des pâtes...il mange des haricots verts (j'aime pas bien ça moi, les haricots) et un peu de mâche (j'ai peur que ça prenne plus de place à cultiver qu'en sachet !).
Comme je compte bien faire des pommes de terre cette année et que j'espère que ma louloute continuera de manger des légumes en grandissant je dois quand même les prendre en compte.
Mais même moi j'avoue ne pas respecter les doses prescrites en légumes....

Je ne suis toujours pas aidée là !

Bon, nouvelles recherches dans mes livres et sur le web :

Pour l'autosuffisance en fruits et légumes de 4 personnes il faut compter 250 m² (et ça j'imagine que c'est si on est doué en jardinage et qu'on dispose d'une bonne terre et de plusieurs heures par jour à y consacrer).
Certains sites préconisent même 100m² par personne !
Donc pas pour moi, même si je le voulais car je suis limitée par mon terrain mais j'ai aussi dépassé le stade du jardinage au balcon et du micro jardin de débutant d'1 m².

Enfin, si on se base sur les règles d'attribution des jardins ouvriers du nord de la France, on part sur une surface de 50 m² par personne : je pense que c'est un bon compromis.

Conclusion, j'espère que ces chiffres vous auront aidé plus que moi.

De mon côté je vais me contenter de la surface que j'ai commencé à travailler (mes 10m²) et grapiller par-ci par là des m² sur mon terrain pour arriver aux 50 m²(je sais pas si je compte la surface prise par les branches de mon cerisier, lol)en cherchant des astuces pour gagner du terrain : cultures verticales, légumes à gros rendements sur petites surfaces (les haricots verts sont donc à privligégier par rapport aux pommes de terres), utilisation de certains légumes "décoratifs" et qui pourront donc se méler à mes plate-bande de fleurs (aromatiques, artichaut, choux...), utilisation des surfaces ombragées avec cultures adaptées et bien sûr je ferais partager mes découvertes sur mon blog !

Repost 0

Ma boutique sur Dawanda

banniere boutique finale 
Sautoir personnalisé 800x600

Partenariat et Filiation

Partenariats :

Au jardin, conseils en jardinage



taille-haies


Mon jardin est inscrit aux :